Cheikh Anta Diop ; et l’Égypte retrouva sa boussole africaine

HISTOIRE. Le 7 février 1986 disparaissait le grand égyptologue sénégalais Cheikh Anta Diop qui aurait fêté ses 96 ans le 29 décembre dernier. Retour sur son parcours.

Par Bernadette TudiesheModifié le 08/02/2020 à 19:59 – Publié le 07/02/2017 à 17:52 | Le Point.fr

Cheikh Anta Diop a porte haut le message d'une Egypte antique marquee par l'Afrique.
Cheikh Anta Diop a porté haut le message d’une Égypte antique marquée par l’Afrique.© DR

PROFITEZ DE VOTRE ABONNEMENT À 1€ LE 1ER MOIS !

Avec Cheikh Anta Diop, l’Afrique, terre des premiers hommes, a retrouvé sa place dans l’histoire antique de l’humanité, notamment dans l’histoire de l’Égypte. Toute sa vie, Cheikh Anta Diop a œuvré pour une meilleure connaissance de la culture de l’Égypte antique, et notamment de son imprégnation africaine. Et son message n’était pas seulement à destination des Africains, qu’il invitait à prendre conscience de cette réalité, mais aussi à tous ceux qui, par méconnaissance ou par calcul, ont voulu nié ce qui lui est apparu comme une réalité, une vérité historique incontournable. Autant dire pour paraphraser le grand écrivain et ethnologue malien Amadou Hampâté Bâ qu’à sa disparition, le 7 février 1986, c’est plus qu’une bibliothèque qui a brûlé. Mais quel a été son parcours de vie ?

Naissance et évolution au cœur du Sénégal

Cheikh Anta Diop naît le 29 décembre 1923 à Caytu, un village à une centaine de kilomètres à l’est de Dakar. Il est le fils unique de Massamba Sassoum Diop, qui décède peu de temps après sa naissance, et de Magatte Diop, une mère qui a laissé la trace d’une femme droite, courageuse et généreuse. Le petit garçon qu’il était tient son nom de « Vieux Cheikh Anta », son oncle maternel par alliance. Et pour la petite histoire, c’est un autre de ses oncles, Cheikh Amadou Bamba, qui a fondé en 1883 au Sénégal la confrérie des Mourides avant de porter sur les fonts baptismaux la ville sainte de Touba. Envoyé dès 5 ans auprès de celui qu’on appellera Serigne Touba ou Khadimou Rassoul, il quitte sa mère pour le village de Koki, fief des Diop. À l’école coranique, le petit garçon apprend la vie selon l’éthique mouride.

L’étude d’abord, car un bon mouride doit avoir une bonne connaissance des textes sacrés ; le travail ensuite, « comme si tu ne devais jamais mourir » ; et aussi, la prière « comme si tu devais mourir demain ». Dans cette famille d’érudits mais aussi de résistants à l’occupation française (ces 2 oncles seront exilés au Mali et au Gabon par l’administration coloniale qui redoute le succès de leurs idées nationales auprès du peuple), il apprend à connaître et à aimer sa culture, à confronter son intelligence à la logique, à s’imprégner d’une certaine morale, de théologie, de philosophie, de grammaire et de mathématiques.

Une approche précoce du fait culturel africain

Au collège, le jeune Cheikh Anta est sur une orbite originale. Le voilà qui s’emploie à créer un alphabet à destination de toutes les langues africaines, à rédiger une histoire du Sénégal, à traduire des philosophes européens en wolof… Autant dire que le jeune Cheikh Anta met à l’épreuve sa soif de connaissances et de communication.

Après son bac en mathématiques et philosophie obtenu à Saint Louis et à Dakar, il se destine à une carrière d’ingénieur en aéronautique. C’est ainsi qu’il arrive en France en 1946. Il se retrouve en classe de mathématiques supérieures au lycée Henri-IV de Paris. Parallèlement inscrit à la Sorbonne, il y obtient une licence en philosophie dans la classe de Gaston Bachelard tout en poursuivant ses travaux en linguistique, et chimie dont il obtient deux certificats et une spécialisation en physique et chimie nucléaire. Il est alors maître-auxiliaire de physique-chimie au lycée Claude-Bernard à Paris.

Cheikh Anta Diop a donné son nom à l’université de Dakar.© DR

Après les maths, la chimie, la linguistique… l’histoire

Bien qu’adossé à sa culture wolof à laquelle il est très attaché, le jeune homme ressent un « vide culturel ». Son désir de se réaliser en tant qu’être humain le mène tout naturellement à l’histoire, la sienne, et non celle apprise dans les manuels scolaires, une histoire qu’il qualifiera de « falsifiée » parce que partant dans une logique inacceptable à ses yeux, celle où la « race noire » est dominée, et la « race blanche » dominante.

En 1954, il publie son ouvrage Nations nègres et culture, somme anthropologique dans laquelle il s’emploie à démontrer l’antériorité négro-africaine de la civilisation égyptienne et son apport à la civilisation helléniste. Une approche qu’il soutient d’autant plus facilement que les Grecs eux-mêmes ont reconnu avoir puisé nombre de leurs connaissances en philosophie (Aristote, Platon), en histoire (Hérodote), en mathématiques (Pythagore, Thalès) dans l’Égypte antique. Dans ses travaux, il s’applique à démontrer la continuité historique de cette civilisation dans toute l’Afrique autour de la spiritualité (le culte des ancêtres), l’écriture (les hiéroglyphes, pères des alphabets Bamoun du Cameroun et Vaïs de la Sierra Leone), des coutumes (matriarcat prédominant dans l’Égypte antique, chez les Bambara et les Kongo) ou de l’art (statuaire, poésie, musique). « Pour recréer un corps de sciences humaines africaines, il faut repartir de l’Égypte, renouer avec les Antiquités égyptiennes, seule façon de réconcilier les civilisations africaines avec l’histoire », disait-il.

En 1960, Cheikh Anta Diop rentre définitivement au Sénégal. Il est assistant à l’Institut français d’Afrique noire (Ifan) alors dirigé par Théodore Monod. Avec son accord, il crée et dirige un laboratoire de datation par les méthodes radioactives. La datation au carbone 14 lui permet de poursuivre ses recherches en histoire (égyptologie), archéologie (inventaire archéologique du Mali), linguistique. Inlassablement, le voilà qui parcourt l’Afrique et le monde, de colloques en conférences, continuant d’écrire. Parmi ses chantiers, une commande de l’UNESCO : L’Histoire générale de l’Afrique et Civilisation et barbarie.

  1. Lire la suite

NEWSLETTER AFRIQUE

Chaque mardi, recevez le meilleur de l’actualité africaine dans votre boite mail.
Débarrassez-vous des restrictions Netflix et accédez à des centaines de titres – voici comment!TheTopFiveVPNSponsoriséL’astuce Netflix ne veut pas que vous sachiez pour déverrouiller les restrictionsTheTopFiveVPNSponsoriséObtenir ce trésor est impossible! Prouvez-nous le contraire!Hero WarsSponsoriséBeaucoup ont échoué avant. Voulez-vous terminer l’essai?Hero WarsSponsoriséThermostat pour plancher rayonnant électrique40,90 € – DOMOMAT FRSponsoriséEnterrez vos sachets de thé dans votre jardin et voici ce qu’il se passe ! Incroyable !Trucs et AstucesSponsoriséCoffret plastique Isobox 18 compartiments cosse pré isolée lot de 415 pièces85,52 € – Quincaillerie ProSponsoriséLes spécialités culinaires les plus insolites au mondePetit FutéSponsoriséLe roi du Maroc s’offre 1 600 m2 au pied de la tour EiffelLe PointUn prof de droit dérape en amphi, la vidéo enflamme les réseauxLe PointXavier Dupont de Ligonnès : le témoignage choc de son ami d’enfanceLe PointArtus – Quand la Chine vieillira, le monde trembleraLe PointBrigitte Macron : son ex mari André-Louis Auzière est décédéLe PointDonald Trump va être admis à l’hôpital « pour quelques jours »Le Point EN CONTINU Cellou Dalein Diallo : « Lutter contre le 3e mandat, dans les urnes »Affaire libyenne : Nicolas Sarkozy mis en examen pour « association…Document libyen : « Mon innocence est à nouveau bafouée  », dénonce…Document libyen : « Mon innocence est à nouveau bafouée », dénonce…France-Algérie : mission délicate pour Le Drian à AlgerGuinée : les mille et une facettes d’Alpha CondéLe beau braquage de Lous and the YakuzaMali : l’amertume des militaires français après la vaste libération…La Guinée, un modèle de croissance sans développement ?Guinée : Cellou Dalein Diallo, dernière ligne droitePrésidentielle en Côte d’Ivoire : ce qu’il faut savoir du boycott…Algérie : quand la réforme de la Constitution réveille les…L’Afrique face au risque des transitions politiquesL’otage suisse exécutée au Mali aurait été victime d’une bavureTunisie : le sang de l’informelArt contemporain africain : un marché toujours actif« L’Afrique a besoin de nouveaux leaders »Amadou Sadjo Barry : « La présidentielle pourrait se jouer en…Afrique du Sud : la mort d’un fermier blanc déchaîne la colèreRichard Banégas : « Côte d’Ivoire, la tentation hégémonique ? »Le Kenya, sa dette et la FranceBaverez – Pays émergents : le grand bond en arrièreCovid-19 : l’immunité en questionsMali: trouvez-vous la contrepartie de la libération des otages trop…Au Mali, la transition « bien partie », pour la CedeaoMali : une longue et bien tortueuse négociationAlgérie : l’assassinat de la jeune Chaïma relance le débat sur la…Côte d’Ivoire : en meeting, l’opposition en appelle à l’ONUMaghreb : la constance des AméricainsFrance-Kenya Tech : « Construire notre modèle en prenant en compte…Voir toute l’actualité en continu

 EN VENTE ACTUELLEMENTABONNEZ-VOUS ACHETEZ CE NUMÉRO Contenus sponsorisés Elle met une tige de rose dans une pomme de terre et regardez ce qui se passe une semaine plus tard ! Fantastique !Trucs et Astuces Sponsorisé Quatre sœurs prennent la même photo pendant 40 ans! Free Hub Sponsorisé A découvrir sur Le Point Brigitte Macron : son ex-mari André-Louis Auzière est décédé Le Point Exilé à Abou Dhabi, l’ex-roi d’Espagne Juan Carlos « s’ennuie » et pourrait revenir Le Point JEUX CONCOURS Tous les jeux

LE POINT | AFRIQUE

Consultez les articles de la rubrique Afrique, suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses de l’actualité. MAGAZINE

Expérience Le Point
La boutique
Abonnements
Applications mobiles
Nos partenaires
Nous sommes OJD
Les forums du Point
 LIENS UTILES

FAQ
Tutoriel vidéo
Publicité
Nous contacter
Plan du site
Mentions légales
CGU
CGV
Charte de modération
Politique cookies
Politique de protection des données à caractère personnel
Archives

Couverture du Point N° 2512.

Lire

RETOUR

Publié par Gaston Blaise Ngamako Tcheuko

Je suis, Gaston Blaise Ngamako Tcheuko, originaire de l'ouest Cameroun. Chrétien, je m'identifie mieux en Christ, qu'en n'importe quelle religion quelconque : Laïc, je m'exprime mieux en ces termes. Voilà pourquoi nous avons créé " GBNTfondation.org ", un espace ouvert aux jeunes pour les accompagner et faire d'eux des adultes autonomes et responsables. GBNTfondation n'est rien d'autre que la, Génération Brillante du Navire Terrestre. Une vision nouvelle qui marque la différence ! Ensemble, nous construisons l'avenir et bâtissons une jeunesse proche à la perfection, tout en accompagnant le jeune dans son environnement propre à lui pour lui permettre de mieux s'épanouir et susciter en lui l'envi d'entreprendre par lui-même. * NOS VALEURS : _ Créativité. _ Engagement. _ Confiance. _ Intégrité. Sous ces quatre valeurs, nous bâtissons une jeunesse forte et équilibrée.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

The Daily Post

The Art and Craft of Blogging

Avec ou sans contact

Innovation et technologies du sans contact et de l'Internet des objets

GBNTgroup

Façonner l'avenir avec un Maximum de Vision et de Passion.

Happy Chantilly

Blog maman naturelle, slow lifestyle, allaitement, recette veggie, bébé veggie, maternage proximal, mariage...

Assistance WordPress.com

Consultez notre site d'assistance pour en savoir plus sur votre site et la manière de tirer le meilleur profit de WordPress.

Le lifestyle de Pasukaru

Blog foi & lifestyle

Histoires de papas

Le blog Positif et inspirant pour les papas... et aussi les mamans !

http://Kouléworld.worldpress.com

Bloggeur , Designe et Sociologue

%d blogueurs aiment cette page :